Bilan: notre première année à Montréal

14.02.2020

Vivre nos quatre premières saisons au Québec aura été une expériences des plus challengeante. Une nouvelle vie, une nouvelle ville, de nouveaux amis, une nouvelle Famille. Toujours ancrés dans notre culture Française qui - bien évidemment - nous manque mais dont il faut apprendre à se détacher pour sortir de notre zone de confort. Nouvelle météo, nouvel accent. Nouvelle devise, nouveau mode de vie.  On vous balance dans cet article tous nos ressentis, en espérant que 2020 soit une année aussi remplie !

 

 

P R E M I E R   H I V E R


La magie
 

On débarque ce fameux 9 janvier 2019 à Montréal, puis s'ensuivent des températures allant jusqu’à -35 degrés de ressenti. On nous disait bien courageux d’arriver une semaine de tempête de neige ! Quand tu te dis que ça ne pourrait qu’aller mieux, les locaux savent que tu t’es bien préparé et apprécient ton enthousiasme. Comme ils disent ici: “Il n’y a pas de mauvaises températures. Seulement de mauvais vêtements.”

S’acclimater n’a donc pas été si difficile. De bons manteaux d’hiver, de bonnes bottes, de quoi couvrir les oreilles, sans oublier les gants polaires ! C’est à cette période que l’on a découvert Montréal: ses centres d’achats souterrains, ses bus et métros transportant des citoyens disciplinés, son Mont Royal et ses cabanes à sucre !

Au bout de la deuxième semaine, on signe notre premier bail d’appartement à moins de 700$, situé à quatre blocs de notre Airbnb, puis on déménage toutes nos affaires (trois valises, deux bureaux et une commode) à pieds et sous la neige. 

 

Le Vieux Rosemont.  Enfin, chez nous ! Aux pieds de la Promenade Masson, une artère commerciale qui regorge de pépites: supermarchés, parcs, piscine/patinoire, épiceries, services postaux, salles de sport, studios de danse, banques, dentistes, et j’en passe: TOUT y est (ou presque… pas de cinéma ^^). Mais proche de notre église.
 

On profite de la magie de ce premier bel hiver pour fêter notre second anniversaire de mariage et aller glisser au Village Valcartier sur d’énormes chambres à aire. Le froid n’est finalement pas un obstacle aux activités, tant que l’on est bien équipés !

 

 

 

 

P R E M I E R   P R I N T E M P S

 

Du doute à l’évidence

 

Jo continue de peaufiner son portfolio d’Artiste Conceptuel dans le jeu vidéo, tandis que j’en profite pour nous abonner à M ta Région, afin de bénéficier de tarifs intéressants pour découvrir la ville, notamment ses cafés et ses marques locales. Le mois d’avril sera le mois des retrouvailles: mes parents nous visitent pendant près d’un mois !

Après un court mais nécessaire passage à Toronto pour rendre visite à notre famille, la date de mon retour de Visa Touriste s’approche et le doute commence à s’installer. Début mai, Jo n’a toujours pas trouvé d’emploi dans son domaine et nos économies s'amenuisent. Une épreuve que je vis difficilement mais qui, par grâce, s’est avérée révélatrice: de nos propres forces et intelligences, malgré nos plans élaborés et calculés, nous n’y arriverons pas seuls.

C’est au mois de juin, alors que je suis déjà revenue en France, qu’on aurait dit Dieu a ouvert toutes les portes: Jo trouve un emploi en tant qu’Illustrateur dans un studio de jeux vidéo dans le Vieux Montréal et je suis tirée au sort pour le PVT! Le message était clair: nos 5 premiers mois à Montréal, c’était simplement pour nous acclimater xD

Je fais mes adieux aux proches, le coeur lourd, mais je reviens fin juin à Montréal, gonflée à bloc ! 

 

P R E M I E R   E T E

 

On fond

 

Autant l’hiver nous avait mis une claque, mais alors l’été, nous étions littéralement DANS le soleil. Montréal s’est transformée en véritable sauna. Très peu de vent, les mois de juillet et août ont été chauds et humides;  une aubaine pour nos amis les moustiques! une plaie pour mes bras !

 

On a tout de même profité des soirées, bien plus agréables. Premiers salaires, premiers cocas et glaces au soleil. Jo se plaît énormément dans son entreprise, il se sent créatif et on lui donne de vraies responsabilités. Je continue ma visite de la ville et de la région, en compagnie de Christine, de passage chez nous, qui découvre la vie québécoise sous tous ces angles: marchés, ciné, boutiques, musées, restos, piscine, feux d’artifices ou encore fausse cité balnéaire au Pied du Courant, sur les berges du Saint Laurent.

L’été se solde sur une merveilleuse nouvelle, qui est la naissance de notre nièce à Toronto. Hinata R, arrivée plus tôt que sa baby shower, ce qui fait que l’on a pu la rencontrer avant :) Une vraie bénédiction dont le bonheur est amplement partagé par les parents comblés.

Toronto aura été la dernière phase de mes 8 mois de vacances, puisque c’est en fin août que je passe à la frontière terrestre entre les USA et le Canada, à Stanstead, afin de valider mon propre Permis Vacances Travail (visa de travail temporaire de 2 ans). Les choses sérieuses ont pu commencer pour moi. Le visa en poche, je m’inscris à un atelier proposé gratuitement par la CITIM, durant lequel on nous enseigne le mode de vie et de travail à la québécoise, pour nous aider à y trouver un premier emploi. J’y fais la connaissance d’une quinzaine de français et belges, fraîchement arrivés à Montréal via le PVT. Ca colle immédiatement et les liens sont très facilement tissés.

 

P R E M I E R  A U T O M N E 

 

Métro - Boulot - Dodo

Un moment de blues s’est quand même installé, et il est arrivé le jour de mon anniversaire. Quand tes proches t’en souhaite un Joyeux, mais que tu ne ris pas. Quand tu as l’habitude de le fêter à plusieurs, mais que vous n’êtes que deux. Quand même ceux qui te semblaient proches l’oublient, tu finis par te dire “c’est le décalage horaire”. Mais est-ce que c’est ça, être loin ? Heureusement, Jo sait me remonter le moral : un resto japonais !

 

Après un mois passé à envoyer des CV, passer des entretiens - dont un qui m’aura particulièrement vendu du rêve - je décroche mon premier emploi en relation clientèle web pour la librairie Renaud-Bray (équivalent de la FNAC/Cultura), en contrat temporaire avec possibilité de prolongation. Les ateliers de la CITIM m'ont énormément aidée, surtout pour éviter d’arriver en bonne française, voulant appliquer ici son mode de fonctionnement et sa culture d’entreprise.

 

Jo se voit valider sa période d’essai après trois mois au studio. On transforme nos deux permis de conduire français en permis québécois. On signe un prochain bail de condo locatif pour l’été 2020, on commence à entrevoir de nouveaux projets. Avec maintenant deux salaires, la routine commence à s’installer mais, on aime ça ! On se voit déjà s’établir ici, le temps de rembourser nos crédits et nos proches nous encouragent à persévérer dans nos démarches.

 

Malgré un climat de tension, surtout face à la politique d’immigration très fluctuante, on arrive à se dire que si ce n’est pas au Québec, ça sera ailleurs. Cela a toujours été notre état d’esprit. Nous ne sommes clairement pas les plus à plaindre dans cette situation, et on le reconnaît assez rapidement. 

 

L’automne nous offre cependant un magnifique paysage, que l’on découvre surtout au Mont Tremblant et qui va au delà de ce qu’on avait imaginé. Quand je vous dis que j’avais la chanson de Pocahontas dans la tête tout le long de notre randonnée avec “Courons dans les forêts d’or et de lumière”, je ne plaisante pas ! On y retourne quelques semaines plus tard avec Alexandra et Nathan, ma meilleure amie et son homme, avec qui on pourrait refaire le monde. On a énormément chéri ces retrouvailles, remplies de discussions ouvertes et respectueuses. C’était important - en tout cas pour moi - qu’ils puissent voir de leurs propres yeux notre vie ici, car je sais qu’on a planté la graine de l’expatriation chez eux, et je ne peux que les encourager à vivre leurs rêves !

 

P R E M I E R   N O E L

Mention Spéciale

 

Même si techniquement, il s’agissait de notre second hiver, il a été marqué par de très belles vacances en famille, amplement méritées et ce, autour d’un beau sapin de Noël. Retrouver Ariasy, Elvin et Hinata, qui ont fait le trajet Toronto-Montréal pour nous voir, nous a fait le plus grand bien. Ils ont eux aussi sauté le pas de l’immigration au Canada, en passant par l’Entrée Express et la Résidence Permanente. Alors, se retrouver de l’autre côté de l’Atlantique la même année, aura été une bénédiction de plus. Moments spirituels, Overcooked sur Switch, films de Noël, Chorale à l’église, Cabane à sucre, Raclette, … le tout soldé par tellement de fous rire. Merci les Chas <3
 

 

 

L A   F A M I L L E

 

Pour beaucoup, l’éloignement avec la famille et les amis est ce qui semble être le moins bien vécu. Bien évidemment, on n’y a pas échappé. J’ai personnellement eu la chance d’accueillir le long de l’année 2019 de nombreux proches, venus de France pour nous visiter.. Mais ça n’a pas été le cas du côté de Jo, dont la famille prévoit plutôt de venir courant 2020.

La différence qu’on a remarqué en revanche pour nous, c’est la nouvelle famille qu’on a ici: notre relation avec nos frères et soeurs en Christ. De Rosemont à Laval, en passant par Ahuntsic, ils sont littéralement notre Famille, au Québec. Celle qui, dès les premiers jours, nous a accueillis, aidés à emménager et même nourris de bons petits plats ^^. Celle qui nous a emmené en vacances. Celle qui nous a prêté sa voiture. Celle qui nous a invité à prier, jouer, manger et patiner. Celle qui nous a accompagnés dans nos démarches pour devenir membres de leur église. Celle avec qui on a chanté la naissance de Jésus. Celle qui continue à nous exhorter et avec qui on communie, non pas pour notre bonne conscience mais parce qu’on en a vraiment besoin. 


 

L E S   C O P A I N S

 

Avant de venir, on se disait “On ne cherchera pas à rester avec des français, sur le Plateau, on n’est pas venus pour ça”. Je peux vous dire qu’on a tenu 9 mois comme ça ^^ J’ai cru au début que ça allait se faire avec la promotion de la CITIM de Jo du mois de janvier 2019, mais au final, l’alchimie s’est vraiment ressentie au sein de ma promotion au mois de Septembre. 

 

Entraide, conseils, bières (Oui, grande première pour moi!), soirée dansantes et autres karaokés, on forme de belles amitiés. On se soutient mutuellement et naturellement. Après avoir passé le nouvel an ensemble, c’est en chalet que l’on s’est retrouvé, au Mont Tremblant. 

 

 

L ’ E M P L O I   E N  2 0 2 0

 

2019 était l’année où beaucoup de choses se sont concrétisées pour Jo. Premier emploi dans le jeu vidéo, période d’essai validée, premières congés payés et de nouvelles responsabilités.

 

2020, je pense sera plutôt mon année xD

 

 

 

 

 

EN TOUT CAS... !

 

Encore une fois, nous sommes reconnaissants de cette première année passée à Montréal. Tout n’est pas toujours rose ou gris, on passe par les mêmes épreuves que l’on soit en France ou au Québec. On a encore pas mal de choses à découvrir, les environs mais aussi bientôt Ottawa. On accueillera la famille de Jo très bientôt, peut-être un petit chien… ?

 

Les années 2020-22 porteront le focus sur notre Résidence Permanente. Elle nous permettra d’obtenir un nouveau visa de travail d’une durée de 5 ans, mais il y a encore un long chemin à parcourir d’ici là… :)

Merci à tous pour votre soutien continuel !

 

Dites-nous en commentaires quelle a été votre saison favorite que nous vous avons partagé l'année dernière !

A bientôt,

Jo&So

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

VOYAGE - EXPAT - FOODIE

Categories

Please reload

Contact

About

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Gris Pinterest Icône
  • TripAdvisor - Gris Cercle
  • Gris Vimeo Icône
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Gris Pinterest Icône
  • TripAdvisor - Gris Cercle